l’avenir du PC de bureau, décrit par Intel

ordinateur-de-bureau-25

Dans un marché des ordinateurs de bureau, une baisse en nette régression se fait sentir d’année en année. En 2013, il n’a représenté que 47% des machines vendues, cela représente quand même, une très forte diminution d’unités vendues.

ce marché n’est pas mort pour Intel (comme on peut s’en douter). Il est même en plein renouveau et à l’aube d’une nouvelle ère. Certes, les gros PC volumineux et bruyants sont sur le déclin mais ce n’est que pour laisser la place à de nouvelles machines, des mini PC (à l’image du Mac mini).

Intel mise sur ses processeurs toujours plus économes en énergie pour que ces machines soient de plus en plus petites, se faisant oublier à côté des moniteurs. La société proposera bientôt des PC qui ne consommeront au total que 10W et dont la puissance sera suffisante pour tous les postes de bureautique.

C’est clairement un nouvel axe de croissance et surtout de renouvellement de parc que la société initie. D’un point de vue pratique l’argument des économies d’énergie pourrait faire mouche dans les grosses sociétés. En effet, si la consommation d’un ordinateur peut être anecdotique, celle de centaines de machines est une chose que l’on doit prendre en compte. Il faut ajouter à ce poste d’autres économies indirectes comme celles générées par une puissance de climatisation inférieure si l’on n’a pas à dissiper la chaleur des ordinateurs et des onduleurs ou des groupes électrogènes de taille inférieure, ce qui sera également un autre poste d’économie d’énergie.

Intel propose donc, même si c’est son intérêt direct, de rentrer dans un cercle vertueux de la consommation d’énergie et après tout ce n’est pas une mauvaise chose au niveau écologique si les machines qui seront retirées du circuit sont convenablement recyclées, mais là c’est une autre histoire.

Articles apparentés

Intéressant ! possible.
Catégories
Pourquoi pas !